Mwanamke, Amani na Usalama 2.0

Femmes, Paix et Sécurité 

«Toute femme et toute fille en RDC et au Burundi à le droit à une vie décente, exempte de violence et d’injustice, permettant de réaliser son plein potentiel»

Contexte

Au cours des 25 dernières années, la Région des Grands Lacs (RGL), a été marquée par des cycles de violences interconnectés qui continuent d’affecter la stabilité, le développement et les perspectives économiques des pays de la région. Ces conflits armés ont perturbé la société, ayant un impact de genre différencié, dont les femmes et les filles sont touchées de manière disproportionnée en raison de leur faible statut social, économique et politique. Au cours des deux dernières décennies, des efforts concertés ont été déployés pour identifier et adresser ces impacts différentiels des conflits et de façon spécifique sur les violences basées sur le genre. Des accords internationaux, entre autre celui de la RSNU1325 ont été signés par les gouvernements nationaux, et des instances de la Région des Grand Lacs comme la CIRGL, les (I)ONG, l’Union Africaine qui ont pris diverses mesures pour aborder les questions de la participation des femmes, leur protection et leurs rôles dans la prévention des conflits et la promotion de la paix.

Avec la mise en œuvre du PAN IV de la résolution 1325 par le ministère néerlandais des Affaires étrangères, le consortium Mwanamke, Amani na Usalama – MAnU 2.0 s’est engagé à améliorer structurellement la protection des femmes et des filles et à la transformation des normes de genre défavorables, pour assurer la participation effective des femmes à la transformation des conflits et à la consolidation de la paix en la République Démocratique du Congo (RDC) et en Burundi. Ce programme est la suite du programme MAnU 2016-2020 implémenté en DRC. Cette deuxième phase a intégré des leçons apprises et bonnes pratiques de la première phase en portant une approche régional, avec un focus plus importante sur le lobby et plaidoyer.

Objectif global

Les femmes et filles participent, de façon significative, dans la médiation, prévention et résolution des conflits, à la protection et la construction de la paix.

Objectifs spécifiques

  • Les femmes et les filles, grâce à des capacités accrues de leadership et de plaidoyer et de compétences en négociation, sont mieux positionnées pour s’engager dans des processus décisionnels de prévention et de résolution des conflits, de consolidation de la paix; ceci du ménage au niveau communautaire et jusqu’au niveau politique (local à régional).
  • Les normes et pratiques de genre (néfastes) qui constituent des obstacles à la participation significative des femmes et des filles à la construction d’une paix durable, sont transformées en reconnaissance des droits des femmes et de l’égalité des genres.
  • Les femmes et les filles jouissent d’une protection accrue contre la violence et les violations de leurs droits, par l’application effective de lois et de politiques égales et inclusives et des changements de normes, entraînant une réduction du VSBG dans le ménage, dans la société et jusqu’au niveau institutionnel.

La Théorie du Changement s’adresse à trois groupes cibles clés notamment:

  • Les femmes et les filles (leaders) qui sont soutenues dans leurs capacités à devenir des leaders, et ont l’agence pour exprimer leurs droits.
  • Les détenteurs de pouvoir informel notamment les hommes, les garçons, les chefs religieux et les dirigeants de la communauté qui sont des gardiens des normes sociales.
  • Les détenteurs de pouvoir formel dont les autorités locales, provinciales et nationales qui ont le pouvoir de mettre en œuvre des lois et des politiques protégeant les femmes et les filles contre la violence et les violations des droits humains.

Les stratégies d’ intervention

La sensibilisation et la réflexion à travers des forums, programmes de radio, dialogues communautaires, et campagnes, entre autres pour engager les parties prenantes à comprendre, à réfléchir sur leurs actions, leur vie et les normes des sociétés dans lesquelles elles vivent.

Le renforcement des capacités des acteurs à différents niveaux et des structures communautaires et provinciales: OSC des droits des femmes, structures locales gouvernementales, Comités locaux 1325, entre autres comme moyen de promouvoir un changement durable pour le respect des droits des femmes dans les sociétés pacifiques. L’on s’adresse aux organisations confessionnelles et les acteurs religieux parce que ce sont des acteurs clés de changement au sein des communautés dans lesquelles le programme est implémenté.

Le Lobby & Plaidoyer aux niveaux local, provincial, national et régional pour la participation des femmes et filles dans les processus de prise de décisions, la protection contre la V(S)BG et pour la mise en œuvre intégrale des PAN 1325.

  • A travers le Lobby communautaire par des femmes
  • Plan de lobby stratégique
  • Carte de Score communautaire(CSC)

Les zones d’intervention

En RDC le programme est mis en œuvre au Nord et Sud Kivu: Rutshuru, Masisi, Lubero, Idjwi, Uvira.
Au Burundi le programme se déroule principalement dans les régions de Bubanza (à savoir Bubanza & Mpanda) et Cibitoke (à savoir Buganda & Rugombo) et Gitega.

Le consortium

Mensen met een Missie (MM) – son expertise est de soutenir des actions pour la construction de la paix et la réconciliation menée localement, avec un œil attentif sur les dynamiques religieuses
CARE Nederland (CARENL) – CARE travaille dans le monde entier pour sauver des vies, vaincre la pauvreté et réaliser la justice sociale. Ils travaillent dans les endroits les plus difficiles du monde, pour les plus pauvres, les plus durement touchés, les plus démunis.
Synergie des Femmes pour la Paix et la Réconciliation des peuples des Grands Lacs (SPR) – Réseau d’organisations des femmes œuvrant pour la consolidation de la paix, la promotion du leadership féminin et l’autonomisation des femmes. SPR fait le lien entre les leaders communautaires, les autorités locales et leurs bases.

Les partenaires

En collaboration avec des organisations partenaires en République Démocratique du Congo (RDC) et au Burundi.

En RD Congo, dans les provinces du Nord et du Sud Kivu notamment:

  • 4 Structures de CDJP: Commission Diocésaine justice et Paix Bukavu, Uvira, Goma, Butembo
  • 3 réseaux des femmes dont Sauti ya Mama Mukongomani à Goma, SPR à Bukavu et DIOFAP à Uvira
  • Le parlement d’Enfants du Nord-Kivu: PARDE
  • CARE RDC

Au Burundi, dans les provinces de Bubanza, Cibitoke et Gitega:

  • La CEJP: Commission Episcopale Justice et Paix
  • La CDJP: Commission Diocésaine Justice et Paix/Bubanza
  • GROFERVE: Groupement des Femmes pour la Redynamisation des Valeurs Ethiques
  • CARE Burundi

Cliquez ici pour voir un dépliant téléchargeable sur ce programme

Gerelateerde verhalen

Wij geloven dat échte veranderingen van onderop komen.
Daarom steunen wij kleinschalige lokale initiatieven.